Logo Centenaires Commémoratifs

Logo Centenaires Commémoratifs

dimanche 2 novembre 2014

Arrivée sur lîle de Marc Michel

En début de semaine dernière, Marc Michel, notre invité pour évoquer avec les Réunionnais la mémoire de la Grande Guerre, est arrivé sur l'île, accueilli par Jacques Dumora, Patrick Mougenet et moi-même.

A l'aéroport, avec Jacques. Bienvenu à La Réunion !

Dimanche après-midi, il a donné une interview au Journal de l'Île, évoquant la guerre en détails mais également les raisons de son intérêt pour ce pan de notre histoire. Entretien qui devrait aujourd'hui ou demain se trouver dans les pages du journal. Ne le loupez pas !
Lundi, aujourd'hui par conséquent, il rencontrera les lycéens de Sainte-Marie qui travaillent sur le thème de la guerre 14-18.
Mardi il rencontrera d'autres jeunes, les élèves du lycée Leconte de Lisle qui étudient l'histoire avec Daniel Varga en Lettres supérieures et en Première supérieure.
Et le cycle des conférences publiques commencera également en soirée. Nous nous y retrouverons très certainement.
A très bientôt !

lundi 20 octobre 2014

Lire et entendre Marc Michel pour préparer sa venue à La Réunion

Dans quinze jours environ nous accueillerons l'historien Marc Michel pour une série d'interventions et de rencontres consacrées à l'engagement de l'Afrique et de La Réunion dans la Grande Guerre.

Il est possible de découvrir Marc Michel dès maintenant. En lisant ses principaux ouvrages :
  • La mission Marchand, 1895-1899, Paris, Mouton, 1972, 290 p.
  • Gallieni, Fayard, 1989.
  • avec Charles-Robert Ageron, L'ère des décolonisations, Karthala, 2000.
  • avec Yvan Paillard, Australes : études historiques aixoises sur l'Afrique australe et l'océan occidental, l'Harmattan, 2000.
  • avec Colette Dubois et Pierre Soumille, éd., Frontières plurielles, frontières conflictuelles en Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, IHCC, 2000, 460 p.
  • Les Africains et la Grande Guerre : l'appel à l'Afrique (1914-1918), Karthala, 2003.
  • Jules Isaac, Un historien dans la Grande Guerre, Lettres et carnets 1914-1917, Armand Colin, 2004.
  • Décolonisation et émergence du tiers-monde, Hachette, 2005.
  • « Soldats africains de l'armée française : mémoires et débats » dans Olivier Dard et Daniel Lefeuvre (dir.), L'Europe face à son passé colonial, Paris, Riveneuve éditions, 2008.
  • Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accomodements en Afrique noire, 1830-1930, Perrin, 2009.
  • avec Charles-Robert Ageron (dir.), L'Afrique noire française : L'heure des indépendances, Paris, CNRS éditions, 2010.
Et il est possible de l'entendre dans une émission sur RFI du 12 juillet dernier, La marche du monde, consacrée à un tirailleur sénégalais Bakary Diallo. Ce dernier, témoin de la Grande Guerre, a été enregistré dans les années 70 par Marc Michel. Avec émotion, l'émission revient sur cette rencontre et le sort des Africains durant 14-18.
Voici le lien des deux parties de l'émission de RFI :

Et en complément le lien vers l'article Wikipédia consacré à Bakary Diallo :

Bonnes lectures et bonne écoute !

dimanche 12 octobre 2014

Dédicace


Dédicace du roman Octave ou le Mort-Homme 

Août 1917, Verdun, un jeune Dionysien dans la Grande Guerre…

Monsieur Stéphane Gombaud,
Président de l’association Centenaires Commémoratifs,
a le plaisir de vous inviter à la dédicace du roman
Octave ou le Mort-Homme par Jacques Dumora.

*Le samedi 18 octobre 2014.
*Entre 16h30 et 19h.
*36, chemin des routiers, La Bretagne.

Expo, bibliothèque Grande Guerre, goûter et apéritif.
Plus quelques surprises (peut-être).
Contact : 0692 03 06 28

mercredi 1 octobre 2014

Avec Marc Michel, la journée d'étude du 6 novembre sur la Grande Guerre dans l'Océan Indien

Voici le programme de la journée d'étude consacrée au thème de l'entrée en guerre de La Réunion et des pays de l'Océan Indien avec notre invité, spécialiste de l'histoire de l'Afrique, Marc Michel.

LE 6 NOVEMBRE 2014

Lieu
Médiathèque Aimé Césaire de Sainte-Suzanne

Partenaires 
L'association Centenaires commémoratifs avec l'APHG, Cinéma et histoire,
le Rectorat (DAAC), le Lycée Le Verger de Sainte-Marie,
la Cinor 

Intervenants
  • Jacques DUMORA, auteur de "Mémoire Réunionnaise. La Grande Guerre", coordonnateur du projet de l'association Centenaires commémoratifs
  • Jacques DELPECH, président d’honneur de l’APHG Réunion
  • Fernand MARCHITTO, IA-IPR d’histoire et géographie de la Réunion
  • Marc MICHEL, professeur honoraire de l’Université d’Aix-en-Provence
  • Frédéric GARAN, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de la Réunion
  •  Pierre-Eric FAGEOL, PRAG, Université de la Réunion, doctorant en histoire contemporaine
  •  Gilles GAUVIN, docteur en histoire, professeur d’histoire et géographie, Lycée Pierre Lagourgue, Le Tampon
  • Albert JAUZE, docteur en histoire, professeur d’histoire et géographie au collège Deux-Canons, Saint-Denis
  • Patrick MOUGENET , professeur agrégé d’histoire et géographie, Lycée Le verger, www.cinema-et-histoire.fr
  • Stéphane GOMBAUD, professeur agrégé de philosophie en CPGE, docteur en géographie (modération) 
Programme 
Matin 8h30 - 12h 

8h30 Accueil 
8h45 Présentation des enjeux de la commémoration, de la place des colonies et des représentations dans l’enseignement de la Grande Guerre (3x10’)
  1. Le mot de Jacques Dumora
  2. Le mot de l’APHG
  3. Le mot de l’IA-IPR d’histoire-géographie, Fernand Marchitto
9h15 Thème 1 : Comment les colonies et les populations coloniales sont-elles entrées en guerre ? (3 x 15’)
  1. Marc Michel, Afrique
  2. Frédéric Garan, Madagascar
  3. Pierre-Eric Fageol, La Réunion 
10h Thème 2 : Comment les colonies ont-elles participé au conflit ? (1 x 30’ + 3 x 15’)
  1. Marc Michel, Afrique
  2. Frédéric Garan,  Madagascar 
  3. Pierre-Eric Fageol, Populations et pouvoirs civils à La Réunion
  4. Jacques Dumora, Mobilisés réunionnais 
11h15 Pause (15’)

11h30 Discussions (30’)

Pause déjeuner12h-13h

Après-Midi 13h - 16h30 

13h Thème 3 : Quelles sorties, mémoires et héritages de la Grande Guerre ? (1x20’ + 2x15’)
  1. Marc Michel, Afrique
  2. Frédéric Garan, Madagascar
  3. Pierre-Eric Fageol, La Réunion 
13h50 Pause (10')

14h Thème 4 : Quelles représentations et enseignement de la Grande Guerre ? (2 x 50’) 
  1. Patrick Mougenet : Les représentations cinématographiques de la Grande Guerre depuis 1914 (Actualités filmées, documentaires et fictions) : quel appareillage critique ? 
  2. Fernand Marchitto, Albert Jauze, Gilles Gauvin : Comment enseigner à La Réunion un conflit européen mondialisé ? 
15h50 Pause (10’)

16 h Discussions (20’)

16h20 Clôture : Marc Michel, professeur des universités (10’)

dimanche 28 septembre 2014

Les Sentiers de la gloire sur très grand écran

A Saint-Denis les journées du patrimoine se sont terminées par la projection en plein air, derrière la cathédrale, du film de Kubrick Les sentiers de la gloire.
Nous l'avons présenté, inutile d'y revenir.

Le beau temps a été au rendez-vous, comme le public. La Lanterne magique a eu l'idée de faire la projection de ce film en noir et blanc sur la façade d'un immeuble, ce qui a donné aux images un caractère inhabituel, un peu comme s'il avait lui-même souffert de la guerre. 


Après une brève évocation de la coopération entre les deux associations, Centenaires commémoratifs et la Lanterne magique, la projection du film a été introduite par un petit discours de présentation d'un quart d'heure par Patrick Mougenet. Chacun a ainsi pu se faire une idée précise de son enjeu de politique intérieure dans le contexte des années 1957-58, en pleine guerre d'Algérie. Patrick a successivement évoqué les événements historiques à l'origine du roman d'Humphrey Cobb, base du scénario, ce qu'on peut qualifier de base réelle de la fiction, l'exécution pour l'exemple de quatre malheureux. Il a aussi donné quelques informations sur le tournage du film en Allemagne, le succès immédiat de ce chef d'oeuvre d'un tout jeune cinéaste porté par de fortes convictions. Pour finir, il a retracé la polémique suscitée par, entre autres, l'intervention de Romain Gary (écrivain par ailleurs admirable), polémique qui a eu lieu au moment de sa sortie en France. Et a conduit à l'interdiction du film. 

Pour ceux qui voudraient réviser leurs fiches, voici la page consacrée aux Sentiers d'un blog de cinéclub, Cinésium :
http://cinesium.blogspot.com/2011/09/les-sentiers-de-la-gloire-un.html


Bon, quel bilan tirer ? On aurait aimé plus de chaises de la part de la mairie ! et l'organisation peut globalement être améliorée. Mais l'idée était bonne et l'initiative devrait être suivie d'autres du même genre. Encore merci à la Lanterne magique pour ce coup de pouce dans les commémorations du centenaire ! Et à bientôt !

lundi 22 septembre 2014

Au collège de l'Oasis

Le centenaire est une occasion de d'adresser largement à la jeunesse de l'île pour lui parler de la Grande Guerre, évoquer le destin des hommes et femmes qui y prirent part ou firent touchés par elle.
L'oubli, parfois l'ignorance et le fantasme, ont malheureusement tendance à prospérer. Il est donc important de parler de la guerre aux plus jeunes et de s'adresser aux jeunes un peu moins jeunes pour les faire réfléchir ! Les collégiens en particulier peuvent être sensibilisés et amenés à réfléchir au cours même des événements, qui de loin apparaît fantastique, tragique, presque merveilleux ! Une sorte de catastrophe naturelle...

Pas une chaise vide,

C'est dans cet esprit de partage de la réflexion sur l'histoire contemporaine et ses implications politiques et sociales ("sociétales" est adapté mais c'est un mot qui n'est pas très beau) que Jacques Dumora est intervenu il y a une dizaine de jours pour une conférence sur "le départ des Réunionnais pour la grande Guerre". A cette occasion les 190 élèves de troisième du Collège l'Oasis au Port ont été réunis.
La conférence a eu lieu au Centre culturel du Coeur Saignant, mis à notre disposition par la commune du Port.

et l'attention est à son comble !

En prolongement, l'exposition réalisée par l'association a été diffusé au CDI le 9 septembre, avec l'accompagnement pédagogique de Jacques Dumora.
Un petit quizz confectionné par la documentaliste, Catherine Panot-Contenot, autre membre de l'association Centenaires commémoratifs, a permis aux jeunes élèves de fixer leur attention et de tester leurs connaissances.

Cette première conférence au Collège devrait être également prolongée par de futures rencontres avec l'ensemble des Portois, cette fois-ci les familles, les parents, les grands et les petits... toujours avec le soutien du service culturel de la mairie du Port. Affaire à suivre, avec toutes les bonnes volontés !

lundi 15 septembre 2014

Présentation de Mémoire réunionnaise. La Grande Guerre

En guise de présentation du livre de jacques Dumora, Mémoire réunionnaise. La grande Guerre (éditions du Mahot, 2014), voici le petit discours que j'ai prononcé avec beaucoup de trac dans la voix et sans doute quelque maladresse, à l'occasion de la soirée commémorative du 27 juin au Cinépalmes de Sainte-Marie.
L'assemblée ne m'a apparemment pas tenu rigueur des imperfections du texte, aussi je me permets de le reprendre dans ce blog au lieu de fournir une véritable note de lecture.

Découvrir et lire Mémoire réunionnaise. La Grande Guerre

Dans les Perses d'Eschyle, le chœur livre sa plainte :

« Cette foule des morts, quand je parlerais même dix jours d'affilée,
je n'en pourrais donner tous les noms
Sache-le bien, jamais en un seul jour n'aura péri
une aussi grande foule d'hommes »

Cette tragédie qui nous vient du cinquième siècle avant J.-C. évoque la bataille de Salamine, la victoire navale des Grecs en infériorité numérique et la déroute de l'immense armée perse qui s'ensuivit.
Eschyle met en scène la guerre pour les Athéniens victorieux, pour nous aussi, qui ne sommes ni perses ni grecs...

Les Perses d'Eschyle nous font penser à bien des conflits ultérieurs, à bien des massacres sur terre et sur mer. La tragédie nous fait penser à la première guerre mondiale, guerre qui avec ses duels d'artillerie, ses tirs de mitrailleuses, ses gaz et ses baïonnettes, sur les fronts de la Somme, de la Marne, à Verdun, au Chemin des Dames, dans les Dardanelles a produit journellement des morts par milliers, par dizaine de milliers.

Le livre de Jacques Dumora Mémoire réunionnaise. La Grande Guerre que nous sommes fiers de vous présenter aujourd'hui est un livre de listes. La liste des Morts pour la France de 14-18 nés à l'île de La Réunion.

Il existe deux types de listes, comme le remarque Umberto Eco dans son Eloge de la liste, la liste ouverte et la liste fermée.
La liste fermée est un catalogue, un inventaire. Elle passe en revue un pan du réel. Avec les mots de la langue elle s'efforce d'être exhaustive. Ainsi sont la liste des courses ou une liste d'invités.
La liste ouverte tout au contraire a beau contenir un nombre limité d'éléments elle en suggère bien d'autres. En un sens elle ne se termine pas. Souvent on la termine par des points de suspension ou un etc. laissant à penser qu'on pourrait continuer à remplir la liste. Ainsi sont la liste des étoiles ou bien la liste des livres que je devrais lire pendant les vacances.

Avec une conscience irréprochable, conscience qui lui a permis d'aller au bout de son travail de collecte des noms des tués de La Réunion dans les archives,
dans la grande banque de données Mémoire des hommes,
collecte des noms mais aussi vérification patiente, recherche des oublis, traque des doublons,
Jacques a établi une liste fermée des Morts pour la France. Certes, et sa modestie ne lui fera pas dire le contraire, il ne s'agit pas vraiment d'une liste définitive. Il y aura toujours des poilus oubliés, une dizaine ou une vingtaine de noms qui hélas ne se retrouveront pas dans la liste. Et s'il n'y en a pas le doute subsistera. Car la Grande Guerre est un tombeau de millions d'hommes dont le formidable désordre, le chaos impensable, nous poursuit aujourd'hui encore.
L'archéologie de guerre découvre ainsi encore récemment quatre soldats qui ont pu être identifiés et dont les noms ont été ou vont être inscrits dans la liste de Mémoire des hommes.

Pourquoi prendre tant de temps, dépenser tant d'énergie pour établir une liste des Morts pour la France originaires de La Réunion ? Et pourquoi en faire un livre ?
Pour faire savoir, un siècle après, aux Réunionnais que La Réunion a été impliquée dans la Grande Guerre. Elle a été impliquée par le départ des soldats, par le travail de centaines de civils Réunionnais. Beaucoup sons revenus, parfois blessés ou malades, mais tous ne sont pas revenus. L'histoire se doit de retenir leurs noms.
Pourquoi un livre maintenant ?
D'abord soulignons qu'une liste ne fait pas un livre. Le livre Mémoire réunionnaise. La Grande Guerre est un vrai livre. C'est un document qui permet de retrouver le nom d'un aïeul, les renseignements concernant un grand-père, un arrière grand-père. Et c'est aussi un livre qui se lit avec ses histoires introductives, commune par commune, qui nous livrent le destin d'un homme lancé dans la Grande Guerre.
Et pour le curieux la liste principale des noms et prénoms, des dates et lieux de décès, des causes de la mort et des lieux de sépulture fournit quantité de renseignements, ouvre bien des horizons. La liste peut ainsi devenir plus ouverte, par l'évocation qu'elle effectue des différentes batailles et des mille drames de la guerre. Elle se met à évoquer un pan entier de notre passé. Elle symbolise la guerre qui stupéfait encore par sa formidable puissance de destruction, la guerre qui nous étonne toujours en tant qu'épreuve terrible pour les hommes et pour les familles.

p. 89, au hasard :

Elie, Antoine Marie Sébastien,caporal tué à l'ennemi lors de la bataille de la Somme.
Fabien, Camille Etienne dit Albert, disparu en mer lors du torpillage du Yarra au large de la Crète
Guichart, Louis, mort le 29 juillet 1917, on ignore les circonstances de sa mort.
Henriette, Joseph Charles Marie Désiré, du 141ème Régiment d'Infanterie mort de maladie à bord du Calédonien
Huet, Eugène du bataillon de Diego, également mort de maladie et enterré à Madagascar
Infante, Ernest Joseph, sergent, tué à l'ennemi dans le Pas-de-Calais
Jean-François, Georges, zouave, mort à l'hôpital d'Alger
Jouan Joseph, mort de blessures à l'hôpital d'Orléans
Léocadie Jean, tué à l'ennemi en juillet 1918
Mahé Justinien Cyriaque, soldat du bataillon de l'Emyrne, mort la même année...

Voici donc un livre de listes où se côtoient dans la mort des Réunionnais éparpillés par la Guerre, hommes transportés par une foule de navire et de trains, conduits par une multitude de routes et de chemins, en compagnie de millions de compagnons d'infortune... l'imagination peine encore à saisir l'ampleur de l'événement !

Merci pour ce livre d'historien qui a donc fait de toi, Jacques l'écrivain ou l'artiste, un passeur d'histoire, un citoyen-historien à sa manière !


Où se procurer l'ouvrage ?

Le livre est disponible dans les librairies de l'île, à Autrement et à la Librairie Gérard. Il est également en vente au siège de l'association. Laissez un commentaire, on fera suivre.

samedi 13 septembre 2014

Quelques photographies de la soirée commémorative du 27 juin

Le 27 juin dernier a été notre première grande journée commémorative.

Au Cinépalmes de Sainte-Marie, l'association y a organisé en soirée la présentation de son exposition de photographies de la Grande Guerre, suivie d'une lecture de lettres de poilus par les lycéens du lycée du Verger et la projection de documents, commentés par leur professeur, M. Mougenet. Un troisième temps a été consacré à la présentation du livre de Jacques Dumora consacré à la recension systématique des "Morts pour la France" réunionnais.

L'événement a réuni une centaine de participants. Voici quelques photographies prises par Michel Proserpine.

L'exposition dans le hall

Bientôt la prestation des lycéens et les projections de documents 

Présentation de Mémoire réunionnaise. La Grande Guerre

L'Académie des dalons, venue en renfort

Patrick Mougenet et des lycéennes

L'auteur, Jacques Dumora et ses premiers lecteurs

Nos partenaires

lundi 25 août 2014

Les sentiers de la gloire à Saint-Denis en septembre


Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, la Ville de Saint-Denis, la Lanterne Magique et l’association Centenaires Commémoratifs s’associent afin de présenter le dimanche 21 septembre 2014 à 19H, le film de Stanley Kubrick, Les sentiers de la gloire.
Un classique à voir et à revoir !




Vous êtes invités à venir nombreux assister à cette séance gratuite en plein air, dans la ruelle pavée derrière la cathédrale de Saint-Denis.
Ce film sera projeté en façade sur un immeuble.
Amenez vos sandwichs ! Préparez vos litrons (avec modération, bien sûr) ! Prenez un "assoir", aussi, ou bien un simple coussin.



Et vive le cinéma de plein air !

Pour découvrir le livre et le film sur Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sentiers_de_la_gloire

Toutes nos excuses à ceux à qui l'annonce  a été faite de la projection de cet autre très beau film que sont Les Croix de bois. La programmation a changé devant la difficulté d'obtenir les droits de ce film.

dimanche 24 août 2014

Le 3 août 1914

Le 3 août, il y a cent ans, l'Allemagne déclara la guerre à la France.

Le 3 août dernier, l'association Centenaires commémoratifs a tenu à dire aux réunionnais que "La Réunion a pris sa part du fardeau de la guerre" dans une tribune de Jacques Dumora envoyée aux journaux locaux. Le Journal de l'Île a immédiatement relayée le message. Il fallu un peu plus de temps au Quotidien.

Pour tous ceux qui étaient vacances ou qui sont passés à côté de cet article de presse, en voici deux extraits, le début et la fin. A vous de le retrouver dans les archives ! Ou dans votre bibliothèque préférée. Ou bien encore en ligne sur le site du Quotidien :
http://www.lequotidien.re/opinion/le-courrier-des-lecteurs/264533-la-reunion-pris-sa-part-du-fardeau-de-la-guerre-14-18.html

"Le 3 août 1914, l'Allemagne déclare la guerre à la France. L'Europe et à sa suite de nombreux peuples du monde entre dans le conflit le plus destructeur de l'histoire de l'homme considérée comme "le suicide des nations".
De quelle époque parlons-nous ? De ce siècle naissant riche des Lumières, de la République, pierre angulaire de la démocratie française, des Droits de l'homme actés dans la loi et sans cesse évoluant, des combats de Jaurès, inlassable militant de la paix, dont nous honorons la mémoire cent ans après sa mort.
Ce XXe siècle naissant apparaît alors comme le siècle de tous les possibles. Mais ce XXe siècle déborde de violences latentes, de militarisme, d’expansionnisme et de tensions coloniales.
...
Les Commémorations réunionnaises de la Grande Guerre nous donnent l’occasion de nous arrêter un instant sur une histoire méconnue et dont les conséquences ont tragiquement impacté la vie des familles touchées par le deuil ainsi que la société réunionnaise dans son ensemble.
Des Réunionnais sont morts pour la France pour une cause estimée juste, et je pense ce jour à ce jeune Dionysien, Charles, Antoine, Marc Déjean de La Batie, jeune sous-lieutenant d’artillerie, gravement intoxiqué par les gaz à Verdun dans la nuit du 19 août 1917. Il s’éteignit à dix heures du matin, il n’avait pas 20 ans. Son sacrifice nous questionne sur la tragédie, et en ce jour de commémoration nous honorons sa mémoire."



Mémoire réunionnaise de la Grande Guerre

"Mémoire réunionnaise de la grande Guerre", c'est sous ce titre que viens de paraître aux éditions du Mahot l'ouvrage de Jacques Dumora recensant de manière exhaustive les Morts pour la France originaires de La Réunion.
Présenté à la presse dans la salle de réception de la Banque de Réunion, puis aux invités de la soirée commémorative du 27 juin au Cinépalmes de Sainte-Marie, l'ouvrage a déjà conquis son public. Il est aujourd'hui disponible dans les librairies de Saint-Denis ou par commandes à l'association.

Il a conquis son public malgré son étrangeté : c'est un livre de listes ! Listes des Morts pour la France établies commune par commune, listes de la localisation des tombes, liste des régiments dans lesquels les soldats réunionnais ont été incorporés, permettant à chacun de se faire une idée du coût en hommes que le guerre de 14-18 a représenté pour la colonie de l'Océan Indien.
Mais ces listes sont parlantes ! Ces listes donnent des informations sur la fonction et le grade du soldat, sur le lieu et la date de la mort, souvent sur sa circonstance. Et le lecteur étonné peut arriver, page après page, à se faire une idée des ravages de la maladie dans les rangs, des conséquences des blessures infligées par l'ennemi. Il peut même rapidement repérer les principaux lieux du carnage, au Nord ou à l'Est de la France, l'Aisne, la Somme, la Marne, mais aussi en Serbie, en Grèce, dans les Dardanelles ou dans les eaux de la Méditerranée.
Le nombre de décès dans les hôpitaux malgaches, de Tamatave, Tananarive ou Diego Suarez, renseigne sur le mauvais état de santé des soldats recrutés à La Réunion.
A côté des tués à l'ennemi, les disparus forment une colonne particulière, celle des jeunes gens partis et comme avalés en entier par la brutalité de la guerre rendue industrielle.
Les récompenses honorifiques livrent également leur témoignage de ce que les différents régiments ont subi, qu'il s'agisse d'une légion d'honneur à titre posthume, comme pour Marie-Joseph d'Armand de Chateauvieux, ou d'une citation à l'Ordre de l'Armée, comme pour Antonio Thomas "Jeune soldat allant au feu pour la première fois. A demandé à être envoyé dans un poste d'écoute tout proche des tranchées allemande le 15 juillet 1915 au moment d'une attaque de nuit très violente. A eu la jambe droite mutilée par des éclats de grenades. Dominant sa souffrance a dit à son commandant : "J'ai fait mon devoir". Est mort pour la France des suites de ses blessures".

Chaque chapitre débute par un portrait, Gaston-Jules Ferrière pour Sainte-Rose, Jacques Damien Boyer pour Cilaos, Joseph Titibali pour La Possession... On rentre alors comme lecteur dans le déroulé de la guerre, le hasard des affectations, les aléas de l'évolution des fronts, les multiples facettes de la violence militaire, armes blanches, balles, obus de petits et gros calibres, grenades, fumigènes, gaz, feu...

"Mémoire réunionnaise de la grande Guerre" comble un vide, et permet à tous, simples amateurs de généalogie, historiens amateurs, citoyens intéressés par le passé de l'île, de poursuivre l'enquête. Nul ne sait encore ce qui a causé la guerre... non qu'il n'y ait pas d'explications mais parce qu'au contraire il y a tant de causes de natures différentes, directes ou indirectes, agissant sur des personnes ou des classes,  qu'il est impossible d'isoler une cause prépondérante et que le débat reste ouvert pour réussir à savoir ce qui a accéléré ou n'a pas pu stopper la mobilisation générale puis les déclarations de guerre. Tous les Réunionnais peuvent désormais savoir quel est le compte juste de la tuerie mondiale.

Merci à Jacques pour ce livre essentiel qui est, rappelons-le au passage, le résultat d'un formidable travail... de centaines d'heures de lecture, d'écriture et de dépouillement d'archives : heures diurnes et nocturnes dont il aurait fallu faire la liste !


lundi 23 juin 2014

Cérémonie à l'Entre-Deux

Le vendredi 06 juin 2014, commémoration de la Grande Guerre à l’Entre-Deux

Le projet commémoratif de l’association Centenaires Commémoratifs concerne tant les scolaires que le grand public. Il a pour objectif de retransmettre l’histoire méconnue de La Réunion et des Réunionnais dans la Grande Guerre. 
Depuis le mois de novembre 2012, en partenariat avec le Collège le Dimitile, l’AD2R et la ville de l’Entre-Deux, l’association des Anciens Combattants de la ville, nous avons mené un atelier de recherche et d’écriture avec pour objectif de mobiliser des élèves de troisième volontaires autour de parcours de guerre d’Entredeusiens morts pour la France durant la Grande Guerre. Il s'agissait d’écrire des portraits étayés d’Entredeusiens morts pour la France, de rédiger des articles autour de généralités liés à la Grande Guerre et de révéler, par leur recherche, les Entredeusiens manquants sur le monument aux morts de la ville.

A la suite de leur découverte, les élèves ont sollicité une entrevue avec les élus et les services de la ville afin de présenter leur projet, leur idée de soirée commémorative et les manquants du monument aux morts pour lequel le maire de la ville s’est engagé à les faire rajouter sur l’édifice mémoriel. 
Durant huit mois, notre intervenant, monsieur Jacques Dumora, s’est rendu tous les mardis au collège le Dimitile pour mener l’atelier d’écriture en lien avec monsieur Gaétan Berthelier, professeur d’histoire, très investi dans le projet qui visait à l’organisation d’une grande soirée commémorative qui s’est déroulée le vendredi 06 juin 2014 à 18h, ponctuée de temps forts.


Monsieur Gaëtan Berthelier entouré de ses élèvesde Troisième

Devant plus de cent personnes rassemblées sur la place de la ville, plusieurs personnes ont introduit la soirée commémorative dont monsieur le Maire de l’Entre-Deux, monsieur Berthelier et monsieur Jacques Dumora qui a donné une courte conférence sur le thème "le mois d’aout 1914, La Réunion entre dans la Grande Guerre". Une exposition créée pour l’occasion a été inaugurée et, bravant le trac, un élève a dit le slam du poilu écrit par ses soins. Autour du monument aux morts, la liste des Entredeusiens morts pour la France a été rappelée sans oublier cette fois les manquants.

Présentation de l'exposition et de la feuille de chou

En conclusion de la soirée, les élèves ont présenté leur feuille de chou, journal imprimé en 150 exemplaires par l’association qui a été offert à tous les participants présents le vendredi 06 juin 2014.
Bravo pour ce travail qui a abouti à cette belle réalisation (il reste quelques exemplaires à distribuer si vous êtes inttéressé), nous ne pouvons que nous féliciter de cet esprit citoyen partagé par les jeunes et les adultes de l'Entre-Deux !

samedi 14 juin 2014

Réunion du vendredi 13 juin

Vendredi 13 juin, dans la soirée, les membres de l'association Centenaires commémoratifs se sont retrouvés pour faire le point des actions en cours et prendre le temps de mieux se connaître.

Résumé

L'organisation de la soirée du 27 juin prochain a été évoquée en détails, en soulignant l'implication des différents acteurs, lycéens, jeunes de l'Académie des Dalons, membres de l'association. Même si des conférences ont déjà eu lieu, des projets d'écriture ont été menés à bien, des recherches se sont engagées et des contacts nombreux ont déjà été pris, cette soirée sera l'occasion de véritablement lancer nos commémorations réunionnaises et citoyennes !
Le seul regret est de devoir rejeter certaines demandes de personnes qui auraient voulu nous rejoindre en raison de la capacité de la salle qui nous accueille.

Un rapide point financier a été réalisé. Pour nous la question est importante, les budgets étant très serrés. Mais nous avons de l'énergie pour chercher des mécènes et diverses aides. Cela devrait continuer dans la bonne voie.

Alors que la soirée s'avançait et que l'imagination s'échauffait, beaucoup de projets ont été évoqués. Les voici en vrac.
Dans la foulée de la venue de notre premier invité début novembre 2014, l'historien Marc Michel, nous irons nous mêler à la foule de la "Semaine de l'histoire" consacrée à la première guerre dans l'Océan indien.
Nous nous sommes demandé qui nous pourrions bien inviter à La Réunion pour parler de la guerre suite à notre premier conférencier, Tardi, Tavernier, Chamayou, Confiant ?
Pour animer notre capitale, la réalisation d'un parcours touristique "Les traces de la grande Guerre à Saint-Denis" devrait pouvoir être prochainement réalisé.
Dans la foulée de la venue de notre premier invité, début novembre 2014, l'historien Marc Michel,
A l'exception de l'Entre-Deux, l'essentiel de nos actions touche le Nord. Nous avons réfléchi à la manière de délocaliser les manifestations pour toucher toute l'île. Des projets de commémorations ou de rencontres devraient avoir lieu dans l'Est, à Saint-André, à Salazie.
Des recherches pourraient être conduites à la Bibliothèque départementale, sur des personnalités comme le lieutenant-colonel Adam de Villiers ou Victor Foucque. L'enquête effectuée par l'Ecole Normale, à la fin des années 70, sur la mémoire des derniers poilus réunionnais pourrait être retrouvée... qui sait ?
La communication pourrait être améliorée, en trouvant de nouveaux relais comme le journal La Voix du Combattant.
Nous pourrions investir certains lieux de débats comme le café Edouard pour évoquer l'entrée de La Réunion dans la guerre, la question des causes et raisons de la guerre, le progrès de l'armement...

Enfin nous avons réfléchi à la possibilité d'organiser des séries de conférences à la salle Vladimir Canter de la faculté de La Réunion. Voici, sous toutes réserves, ce que cela pourrait donner, chaque fois trois conférences autour d'une thématique :

  • l'information en temps de guerre (la presse, les images animées, la censure)
  • l'image dans la Grande Guerre et après (les cartes postales, les bandes dessinées, les caricatures, la peinture), pourquoi pas aussi les artistes dans la guerre, avec le concours de spécialistes locaux
  • les révoltés de la Grande guerre (le pacifisme, les mutineries de 17, les révolutionnaires)
  • La "der des der" ou comment sortir de la guerre
Serons nous chanceux, dans les prochains temps, en réussissant à mener tout ou partie de ces projets ambitieux élaborés un vendredi 13 ? L'avenir nous le dira !


Quelques liens utiles

Le site du CRESOI qui mentionne la semaine de l'histoire de novembre prochain
http://www.cresoi.fr/Editorial

Pour découvrir La Voix du Combattant
http://www.unc.fr/journal/la-voix-du-combattant

Un site consacré à un Poilu de Cilaos, Joseph Ignace Rivière
http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1984


Un nouvel article de Clicanoo, cette fois sur les morts de Verdun

jeudi 8 mai 2014

La semaine commémorative de l'Académie de La Réunion, seconde partie


Seconde partie

Nous revenons aujourd'hui sur les interventions de Jean-Bernard Huet, IEN de la Possession et Marie-Ange Rivière, IA-IPR d'Histoire Géographie, vendredi 24 avril 2014 dans le cadre de la Semaine académique de la commémoration.
Ces deux intervenants ont respectivement en charge pour le Rectorat de La Réunion l'encadrement des projets pour le premier degré, les écoles primaires, et le second degré, les collèges et les lycées. Dans leur intervention, ils ont évoqué la capacité des établissements, professeurs et élèves, à se mobiliser et à aller au bout de leurs projets. Des réseaux d'établissement se mettent en place ou pourront le faire prochainement, pour dynamiser encore la mobilisation et encourager de nouvelles bonnes volontés. Et ces deux spécialistes ont fait le point des enjeux pédagogiques de la commémoration.
C'est cette partie de leur invention qui va retenir notre attention.

Jean-Bernard Huet a d'abord évoqué avec fierté les expositions de travaux d'élèves déjà faites ou à venir, dans des médiathèques ou d'autres lieux publics. Une façon de donner du sens au Centenaire de la Grande Guerre est effectivement de valoriser ces travaux en invitant le grand public à en prendre connaissance. Par delà la transmission de connaissances, ces expositions correspondent effectivement à l'enjeu propre de l'histoire : mettre en récit des événements, reconstituer des vies et s'efforcer d'en comprendre le cours à défaut de la logique, prendre la mesure de la part de chaos et d'ordre qui préside aux évolutions du monde dans lequel nous sommes plongés.
Cette exploration de l'histoire au primaire a deux caractéristiques. D'abord elle n'est pas strictement disciplinaire mais bien plutôt pluridisciplinaire. Ensuite, elle comporte un important aspect émotionnel, pour que l'élève s'implique dans sa production.
Ainsi trois types de productions sont attendus :
des écrits à la manière de... par exemple des textes sous le modèle de lettres de poilus ou de lettres de femmes et d'enfants envoyés aux poilus
des reportages et des travaux réalisés à la suite de visites, par exemple des archives départementales, ces visites pouvant être celle de classes s'étant impliquées dans le centenaire
des productions artistiques, des arts visuels, des tableaux ou des sculptures, de la musique ou des poésies.

Une visite possible pour les écoles dionysiaques et des environs, les Archives départementales... ou bien une visite virtuelle en 2 minutes est possible :



Deux exemples de travaux d'élèves exposés à la Mairie de Saint-Denis


Marie-Ange Rivière a pour sa part tenu à souligner que les projets concernant le secondaire pouvaient non seulement prendre plus d'ampleur mais également d'audace, en s'engageant dans des voies plus originales qui n'ont pour le moment guère été frayées.
Elle n'ignore pas pas toutefois que nous n'en sommes qu'au tout début des commémorations, que le lancement officiel du Centenaire n'a pas encore eu lieu, qu'il est déjà très remarquable que des classes aient pu faire aboutir des projets, avec si peu de préparation (et parfois si peu de moyens). Le soutien des équipes de direction s'est avéré très fort. Un encadrement pédagogique par l'Inspection aurait pu être réalisé en amont, depuis le début de l'année scolaire avec, par exemple, la mise à disposition d'une sorte de livret pédagogique ou de guide pour les enseignants et équipes de professeurs.
Reprenons donc le propos de Mme Rivière pour indiquer des voies intéressantes, à défaut de combler le vide.

La plupart des projets du secondaire ont pour principal objectif un approfondissement des connaissances, qui ne sacrifie pas la dimension sensible de l'acquisition de ces connaissances. Ainsi beaucoup de projets proposés portent sur la guerre et son cataclysme, la vie des soldats, l'île de La Réunion en 1914. Les lettres de Poilus sont régulièrement utilisées, comme témoignage de l'histoire immédiate. Parfois des bandes dessinées, comme celle réalisées par Tardi sur la guerre des tranchées, sont aussi utilisées. Il peut alors s'agir de découvrir avec divers types de récits comment la guerre peut être mise en intrigue. De multiples exemples d'histoire réfléchie permettent de comprendre qu'il n'y a pas d'écriture neutre de l'histoire mais toujours des partis pris.

Mais pour le moment peu de travaux d'historiens sont pris comme ressource pour  un travail plus approfondi avec les élèves.

Les productions réalisées sont des plus diverses. Il y a un premier film, celui des élèves du lycée Roland Garros, des pièces de théâtre et lectures scéniques, comme la pièce de la section Abibac du lycée Leconte de Lisle, la confection d'un jeu sur le modèle du Trivial Pursuit, des travaux sur divers sujets comme la Marseillaise et le patriotisme, les souffrances de la guerre, les gueules cassées, les mutilés.

Mais paradoxalement peu de réalisations ont interrogé directement le déclenchement de la guerre. Peu de projets ont abordé la question - plus philosophique - des causes de la guerre ou même ont envisagé la guerre dans la perspective de la diplomatie.
Et il manque sans doute des productions s'interrogeant sur la commémoration elle-même, son enjeu propre.
Peut-être parce les projets ont mobilisé des professeurs d'histoire-géographie, de lettres, d'arts plastiques mais n'ont pas encore mobilisé de professeurs de philosophie...

Marie-Ange Rivière insiste sur l'historiographie. Elle ne devrait pas être ignorée des encadrants, elle devrait même être présentée aux élèves à partir des classes du lycée. Car il n'y a sans doute pas de manière neutre de raconter l'histoire et en tirer des leçons peut s'avérer bien délicat si on ne prend pas le recul nécessaire avec les passions ou même les préjugés d'une époque donnée.
La question fondamentale est donc la suivante : quelle représentation avons-nous de la Première Guerre Mondiale ? Quelle représentation avons-nous des événements depuis notre espace de paix, sociologiquement caractérisé par un refus de la mort et moralement par son absence d'ennemi héréditaire ?
Sans trop exagérer, on pourrait dire en pensant aux guerres du XXIe siècle et engagements militaires des troupes françaises en Afghanistan, en Libye, au Mali, en Centrafrique, qu' « aujourd'hui on ne meurt plus pour la patrie mais à cause d'elle ! ». Notre univers mental n'est pas celui du début du XXe siècle. L'anachronisme est donc un problème constant, avec la tentation de plaquer les réponses d'aujourd'hui sur les questions d'hier. Le rapport de l'individu à la guerre et à l'armée a connu une mutation. Et même on peut voir une évolution entre ce qui avait cours au début de 1914 et ce qui a gagné la population à la fin de 1918 !
Il faut donc sortir d'une vision unitaire de la guerre. Et il est opportun de prendre du recul par rapport à nos jugements dès lors que nous croyons comprendre ou que nous nous précipitons dans le jugement. De ce recul participe également l'interrogation de fond sur les raisons d'une commémoration. Depuis quand y a-t-il des commémorations de la Grande Guerre ? A quoi servent-elles ?

Dès lors qu'on ouvre ces pistes on entre dans une histoire plus riche au domaine plus étendu. On tient compte du renouvellement des travaux des historiens, de la diversité des analyses, parfois polémiques sur un sujet particulier.
Par exemple la petite histoire des taxis de la Marne mais aussi la grande histoire de la bataille de Verdun. Pourquoi ces évènements ont-ils la place qu'ils ont dans notre histoire ? Y a-t-il une part de mythe... comme dans le récit de la guerre de Troie ? Y a-t-il eu fabrique de héros ? Que penser d'une histoire française sur le front de Verdun sans recul des Allemands à la fin de 1916 ?

A recommander, les travaux de l'historien américain Paul Jankowski :
"Verdun, un carnage par hasard ? » article du Figaro
« Verdun, un carnage par hasard ? La thèse est convaincante. Les spécialistes de la Révolution française savent par exemple que Verdun a été prise par les armées autrichiennes au début du mois de septembre 1792. La France ne fut pas envahie pour autant. Quelques semaines plus tard, les armées révolutionnaires reprirent même l'avantage à Valmy et la prise de Verdun par les Autrichiens fut bien vite oubliée. En aurait-il été de même si l'état-major français n'avait pas décidé de réagir aussi ardemment pour contrer l'offensive déclenchée par les Allemands le 21 février 1916 ?
L'historien anglo-saxon développe sa thèse tout en nous plongeant dans les horreurs du combat. Il ne nourrit pas de prévention à l'égard de «l'histoire bataille», qu'on a souvent qualifiée avec mépris de «l'histoire fifre et tambour» (fife and dum). Cette dimension stratégique du conflit reste fondamentale. Mais on ne peut pas comprendre la véritable portée d'une telle bataille si on ne rentre pas dans les réalités humaines des tranchées, la frayeur créée par les bombardements, les souffrances des civils comme celles des soldats. L'une ne doit pas occulter l'autre. « Pas de mémoire culturelle sans la violence des tranchées », ajoute Jankowski. Le «court XXe siècle», avec ses totalitarismes, ne peut pas s'expliquer sans l'horreur de ce genre de bataille dont la brutalité « industrielle » trahit la nouveauté de 14-18. »

Une autre interrogation qui parcourt les ouvrages des historiens contemporains est celle de l'union des soldats dans les tranchées. La guerre aurait, dit-on souvent, forgé un mental et un moral communs, dépassant les clivages de classe. Est-ce si sûr ?
Pourquoi le front n'a-t-il pas cédé ? Pourquoi les soldats ont-ils tenu ? Les historiens étudient cette question qui demeure elle aussi ouverte en évoquant différents types d'explication, entre ces deux pôles de la contrainte appelant soumission et le consentement, l'engagement volontaire dans le conflit pour les camarades qui sont déjà tombés, et ne doivent pas être morts pour rien. La recherche étudie désormais la chaîne de commandement en scrutant les mécanismes du commandement à grande échelle (pour une escouade pas un bataillon ou une armée).
Quel était le moral des troupes au bout de quelques mois de guerre, puis de quelques années ? Les lettres des poilus sont précieuses. Mais il ne faut jamais oublier l'existence d'une censure, voire d'une auto-censure car les soldats du front savent qu'il n'y a des choses qu'on ne dit pas, que nul ne doit dire ou ne peut dire.
Qu'en a-t-il été des désertions, révoltes, et de la répression de ces refus de faire la guerre ? On parle beaucoup de 1917. mais il y eu des fusillés à d'autres périodes de la guerre. Comment le pouvoir militaire s'est-il adapté en prenant en compte l'extrême brutalité de la guerre ? Que s'est-il généralement passé sur le front en cas de révolte ou de manifestation de refus ?
Est-ce que la guerre a été consentie, voulue, désirée ? Les Français sont-ils partis reconquérir l'Alsace et la Lorraine la fleur au fusil ? Quelle guerre ont-ils faite, avec quels objectifs à long terme, avec quel idéal à défendre ?

Pour ces diverses questions, voici un autre historien à recommander, Antoine Prost, président du Conseil scientifique du Centenaire de la Grande guerre. De nombreuses ressources existent sur le Net :
Une recension par Jean-François Dominé de l'ouvrage de Prost, Écrit du front. Lettres de Maurice Pensuet, 1915-1917 (Tallandier, 2010)
Prost en « grand témoin » sur France Info, le 11 août 2013, à écouter sur Dailymotion
Un compte-rendu d'un confrère de l'académie de Paris sur « La Grande Guerre face à sa commémoration » :


Note 1, sur la tripartition de l'histoire, originale, réfléchie et philosophique, cf. les texte classiques de Hegel, tirés de La raison dans l'histoire :

Note 2, sur l'historiographie, mot qui peut apparaître « barabare » :
Une définition sur le site du Centre national de Ressources Textuelles et Lexicales
Un Que sais-je ? Sur l'historiographie :


L'association Centenaires Commémoratifs a pris contact avec l'auteur, Nicolas Offenstadt, et se propose de le faire venir l'année prochaine à La Réunion pour une série de conférences.

dimanche 4 mai 2014

La Semaine académique du Centenaire de la Première Guerre mondiale, première partie


Première partie

La Semaine académique du Centenaire de la Première Guerre mondiale s'est déroulée vendredi 25 avril 2014 dans le salon d'honneur de l'ancien Hôtel de Ville de Saint-Denis, de 13h30 à 17H30.
D'abord ont eu lieu les discours officiels, pour accueillir les participants et souligner l'enjeu de la commémoration à l'île de La Réunion. Successivement sont intervenus René-Louis Pestel, délégué à la Culture et au Patrimoine de la ville de Saint-Denis, de Thierry Terret, Recteur de La Réunion et Loïc Armand Sous-Préfet de Saint-Pierre, président du comité départemental de la Mission du Centenaire 14-18.
Ensuite, Jean-Bernard Huet, IEN de la Possession et Marie-Ange Rivière, IA-IPR d'Histoire Géographie, ont fait le point des enjeux pédagogiques de la commémoration et des projets menés dans l'académie, respectivement pour le premier et le second degré.
Voici un compte-rendu de leurs interventions.

M. Pestel a rappelé la volonté de Saint-Denis, ville d'art et d'histoire, de travailler à la construction d'une mémoire citoyenne tournée vers la paix. « Plus jamais cela ! la guerre », « Plus jamais cela ! l'esclavage » : les deux cris du cœur ne suffisent pas, s'ils ne sont pas accompagnés d'une prise en compte personnelle des souffrances des hommes, s'ils ne sont pas étayés d'un travail pour faire revivre l'histoire et en transmettre les enjeux, que ce soit, dans le cas précis du centenaire, une association qui monte une exposition autour de Roland Garros ou bien une exposition des dessins de Serge Huo-Chao-Si

Nous avons appris que M. Pestel a en sa possession les carnets de guerre de son père, rédigés en 1916. Nous sommes curieux de pouvoir découvrir, un jour, ce document qui comme tous les autres du même genre a une valeur sentimentale mais aussi un réel intérêt pour ceux qui veulent comprendre les trajectoires individuelles dans la Grande Guerre.

Reprenant une partie de ses recherches personnelles sur l'histoire du sport, M. Terret a montré comment partir d'un événement qui peut nous apparaître étrange pour interroger le passé, dégager les grandes lignes d'une logique à l'oeuvre.
Dans son exposé, l'événement déclencheur est la tenue en 1919 de jeux interalliés à Paris, sur le stade Pershing, quelques mois après la boucherie de la guerre et en parallèle avec les négociations de Versailles devant aboutir au célèbre traité.
Et la logique sous-jacente est celle de la stratégie culturelle de la diplomatie américaine. Stratégie réalisée en grande partie par une association d'obédience religieuse la Young Men's Christian Association.

Inauguration du stade Pershing à Vincennes, le 26 juin 1919
Une épreuve de basket des Jeux interalliés de 1919

M. Terret a détaillé le rôle de la YMCA dans la Grande Guerre. Celui-ci se comprend comme préparation à l'envoi de forces expéditionnaires américaines sur le front. Dès 1915, les volontaires de l'association créent les premiers foyers franco-américains dans la zone arrière du front. Pour tous les soldats qui ne peuvent rentrer chez eux lors de permissions, cette zone est une sorte de refuge. Les poilus y trouvent des baraques pouvant accueillir plusieurs centaines de personnes, comportant une salle d'accueil, une cantine, un coin correspondance, quelques jeux ou la possibilité d'écouter un disque.
D'abord il y eut 4, 5 foyers. Bientôt davantage. Puis, à partir de l'arrivée des troupes américaines sur le sol européen, leur nombre explosa. L'extension a été planifiée dans le cadre de l'effort de guerre négocié avec Pétain. Les foyers devinrent les « foyers des soldats de l'union franco-américaine ». A la fin de la guerre il y en avait 1500 réparties sur le territoire français.

L'enjeu était de soigner le moral des troupes. Celui-ci étant indispensable à l'efficacité des troupes au combat. Devant la brutalité de la guerre, ses atrocités absurdes, il fallait tenir. En 1917 divers signes montraient que le moral était délabré, voire vacillant sur certaines lignes de front.
Une page du Net évoquant le moral des troupes canadiennes :
Une autre du même site, le Musée canadien de la Grande Guerre, montrant un autre type d'intervention que les foyers, la fourniture de tabac aux troupes :

Un second enjeu, à plus long terme, expliquant l'engagement précoce de la YMCA, est proprement culturel. Les Américains s'efforçaient d'avoir une influence plus forte en Europe, dans un pays aux traditions religieuses différentes ; on pourrait presque parler d'une sorte d'acculturation évangélique-sportive-économique et sociale.

Le fil directeur suivi permet donc bien de voir , à partir du quotidien des Poilus et Sammies, par delà l'horreur même de la guerre, que la guerre remplit de facto des fonctions. Elle se révèle utile à la réalisation de certaines ambitions, dans un contexte propice aux initiatives publiques comme privées.
L'histoire militaire apparaît comme reliée à d'autres, l'histoire économique et sociale, l'histoire politique. D'où l'intérêt de recherches remettant en cause une vision tronquée de la guerre, bousculant les méthodes d'enquête centrées sur ce qui se passe au front pour envisager plus globalement les choses dans une approche pluridisciplinaire.

Un article de la revue Hérodote.net, d'André Larané sur l'entrée en guerre des Etats-Unis :

Après cet exposé original et instructif, le Recteur a fait le bilan des actions pédagogiques réalisées en 2013-2014, les projets du secondaire et ceux du primaire sous la dénomination des Petits artistes de la mémoire ».

M. le Sous-Préfet a également pris la parole pour faire un bilan d'étape. Il a donné quelques chiffres de Réunionnais mobilisés, regroupés à Madagascar et envoyés au front, parfois pour y mourir au champ d'honneur.

Il a ensuite évoqué la mobilisation citoyenne sur l'île, en commençant par mentionner les deux premières associations labellisées par la Mission du centenaire, Slamlakour et Centenaires commémoratifs.
L'implication des professeurs et des élèves dans des projets labellisés ou non, doit avoir pour rôle de construire un héritage commun. Héritage d'autant plus important qu'il s'agit aujourd'hui comme hier de rester vigilant, de se méfier de réflexes qui conduiraient à entretenir des dissensions sans fondement et même des ferments de haine au sein de la société.
Le projet cinématographique des élèves du lycée Roland Garros du Tampon (Première L1) a été donné en exemple. Mme Hoarau, professeur de cinéma de ce lycée a lancé la projection du film pour que chacun se rende compte de l'implication des jeunes talents.

La page (très fournie, beaucoup de réalisations à découvrir !) du lycée Roland Garros consacrée à la commémoration :
La page de l'équipe du petit film intitulé "Si la Grande Guerre nous était contée..."

samedi 3 mai 2014

Au Palaxa, les élèves de Leconte de Lisle en représentation

Après deux autres représentations, au théâtre Vladimir Canter de l'Université le 17 avril et à l'Espace Leconte de Lisle de Saint-Paul le 23, la troupe de la section Abibac du lycée Leconte de Lisle s'est produite au Palaxa lundi dernier, 28 avril. 
Devant un public venu de lycées et collèges de Sainte-Marie et de Saint-Denis, elle a ainsi terminé en beauté un cycle de représentations dédié à l'histoire de la Grande Guerre.

Le public nombreux s'installe

S'inscrivant dans le cadre d'un partenariat avec un lycée allemand, le spectacle bilingue s'intitule "Gemeinsames Gedenken an die Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts ?" ou encore "Une commémoration commune de la catastrophe originelle du 20e siècle ?". Durant une heure et demie, les spectateurs ont assisté à diverses scènes reliée par un même fil conducteur, le fait qu'en 1914 une sorte de coup de tonnerre se produisit en Europe, l'éclatement de la guerre. Ils voyagent ainsi dans le présent, d'une classe au Parlement Européen, et dans le passé, découvrant l'Empereur Guillaume II face à son peuple.

 Le Proviseur, M. Merlo, présente le spectacle

Et c'est parti pour la première scène !

Le résumé du spectacle : En 1914 la première guerre mondiale éclate en Europe. Cent ans plus tard, deux classes partenaires française et allemande, effectuent un échange scolaire autour de cette guerre. Ils deviennent spectateurs et acteurs des commémorations organisés à cette occasion. Cette expérience changera-t-elle leur regard sur la problématique de la guerre et de la paix, sur l'histoire de la construction européenne ?

Merci à Corentin, Laurane, Thibault, Julie, Cassiopé, Aurore, Caroline, Garance, Nancy, Shânaa, Morgane, Laëtitia, Aïcha, Othélie, Olivia, Nadjati, Wilson, Benoît, Jocelin, Valentine, Lisa, Coraly, Kézia et Mélissa pour ce spectacle ambitieux. En espérant n'avoir oublié personne dans cette distribution.
Merci aussi aux professeurs ayant encadré les élèves, Elise Orséro, Ortwin Ziemer et Thomas Brunner, pour leur engagement personnel ! Et à bientôt pour de nouveaux spectacles !


vendredi 25 avril 2014

Un article en complément

Il n'y a pas que sur les médias du service public qu'on trouve de bons articles. Libé vient de mettre en ligne une invitation au voyage commémoratif qui vaut le détour.
Cet article du numéro du 18 avril s'intitule "Dans la Somme, en ordre de ballade". Il a été écrit par Edouard Launet "envoyé spécial dans la Somme".

Une photo du cimetière de Thiepval introduit à la lecture d'un papier posant a question du "tourisme" commémoratif, du Death Tour samarien :
"Se lever à 3 heures du matin pour se rendre à une cérémonie d’anciens combattants peut sembler une façon extrêmement singulière de commencer un week-end de balade (on n’ose dire : de tourisme). Et pourtant. Les lecteurs qui, le 25 avril un peu avant l’aube, seront présents au mémorial australien de Villers-Bretonneux, dans la Somme, pour célébrer l’Anzac Day, risquent de s’en souvenir pour le restant de leurs jours. Car les Australiens et les Néo-Zélandais (Anzac signifie Australian and New Zealand Army Corps) ont une manière originale de célébrer les morts au combat : ils le font en silence au moment où le soleil se lève. Pas besoin de venir des antipodes ni d’être un nostalgique de la Grande Guerre pour se prendre de plein fouet la vague d’émotion qui déferle alors avec les premiers rayons du soleil sur une assemblée de milliers de personnes. Car, oui, ce sont des milliers de gens que cette cérémonie pourtant bien éloignée du sol natal réunit ici chaque année depuis quatre-vingt-dix-neuf ans. (...)".

Bonne lecture

Une carte touristique de la Somme à éventuellement consulter, pour voyager en imagination

mercredi 23 avril 2014

Arte et France-Inter au rendez-vous de la Grande Guerre

Une nouvelle fois les chaînes publiques de radio et de télévision se démarquent de leurs concurrents. En proposant des programmes de grande qualité dans le cadre des commémorations.

Arte vient ainsi de créer un site dédié à la Grande Guerre, une "Machine à remonter le temps 14-18" qui permet au curieux de découvrir une trentaine de portraits. Un peu de tout.
Des soldats bien sûr, des deux bords. De simples troupiers de diverses origines ou bien des soldats incarnant les nouvelles formes de guerre, comme un aviateur, un prisonnier de guerre, un mutin exécuté pour l'exemple, ou encore quelques autres engagés remarquables comme Hans Dredow, cet Allemand ayant créé la première émission de radio pour les troupes dans les tranchées en 1917.
Mais les portraits sont aussi ceux de femmes et d'enfants, la foule des civils eux aussi jetés dans la guerre. Katharina Trefzer... morte de faim dans son asile. Un cycliste utilisant des roues à ressorts. Un vieil agriculteur contraint à utiliser des vaches pour tirer une charrue, à défaut d'avoir des chevaux blancs.

C'est par l'intermédiaire des dessins de Cyril Bonin qu'on remonte ainsi le temps et découvre ces pans de vie insolites ou effrayants.
Le site est très plaisant à consulter. Il faut le recommander à un très large public.


http://was-waere-wenn.14-tagebuecher.de/index
En complément, Arte.TV met en ligne un site d'actualités d'époque. Aujourd'hui la chasse à l'éléphant au Congo !
http://1914dernieresnouvelles.arte.tv/

Sur France Inter, Daniel Mermet vient de diffuser, mardi 23 avril, une émission consacrée aux passionnés qui s'efforcent de replonger physiquement dans l'époque non pas grâce à une machine à remonter le temps, mais en reconstituant des faits d'époque. C'est la living history venue des States... et fort bien acclimatée en France. Comme Valmy, les batailles de 14-18 ont leurs afficionados. Et l'investissement dans cette living history ne se limite pas à porter un costume bleu horizon, accroupi dans une tranchée fraîchement creusée au bulldozer. Cela se traduit par exemple par la mise au point de répliques assourdissantes de canons ou par la construction d'une "roulante" (fonctionnant au gaz pour plus de commodité... la fidélité historique ayant ses limites) ou même par le dressage d'un chien qu'on habitue aux coup de fusils pour en faire un porteur de nouvelles dans les tranchées !

Réentendre le son du canon ou goûter le rata des poilus ! Mais à quoi ça sert ? Pas à grand chose, vraiment! Une passionnée témoigne du mépris que certains professionnels de l'histoire lui vouent, à elle et aux autres doux dingues de son acabit... Mais il y a quelque chose de touchant dans cet effort pour faire revivre aujourd'hui des bribes du passé en voulant coller aux événements. Est-ce nostalgie ? Sans doute pas. Est-ce un loisir comme un autre ? Non plus ! Avec ironie, le site de Mermet la-bas.org présente le reportage de Charlotte Perry :
"C’est comme la pornographie, nous sommes contre mais nous sommes irrésistiblement attirés. C’est l’embouteillage pour reluquer l’accident de l’autre côté de la route, c’est la partouze vue des millions de fois sur un site porno. Aujourd’hui la partouze se démocratise, Patrick et Annick s’échangent entre amis le samedi soir dans leur pavillon de Romorantin. De même Jean-Pierre et Monique jouent à la guerre avec leurs copains. La bataille de Waterloo, le débarquement en Normandie, les tranchées de Verdun. Avec les costumes impeccables, les armes reconstituées, les chants, les cris, toute la mise en scène.
Les reconstitutions historiques font florès en France. Depuis longtemps aux États-Unis, la "living history", jeu de rôle grandeur nature, compte de nombreux passionnés. Bien sûr, les savants historiens méprisent ces mascarades d’amateurs. Tout comme l’esthète érotologue déplore la vulgarité du pornographe amateur. Que ces rapprochements intempestifs entre l’amour et la guerre ne blessent ni les uns ni les autres. Ici, nulle blessure d’amour, nulle blessure de guerre. Ici on joue. On joue à croire que jouer c’est déjouer. Apollinaire fit les deux, la guerre et l’amour, celle de 14 dans les tranchées et la pornographie la plus débridée. Il avoua cet inavouable. Ah Dieu ! que la guerre est jolie !
"
L'émission s'intitule "Ah dieu que que la guerre est jolie". On peut la retrouver en podcast :
http://www.la-bas.org/podcast.php3

Sur le site la-bas.org, elle a une petite bibliographie :

La Grande Guerre : le premier jour de la bataille de la Somme reconstitué heure par heure, une bande-dessinée de Joe Sacco (2014, aux éditions Futuropolis)

Calligrammes : poèmes de la paix et de la guerre (1913-1916), de Guillaume Apollinaire (première parution en 1918 aux éditions Mercure de France)

Le roman inachevé, de Louis Aragon (1956, éditions Gallimard)

Et d'autres émissions anciennes sont proposées à la réécoute : "On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels", "Craonne, sa chanson, ses mutins", "le général Mangin"...

dimanche 20 avril 2014

Rencontre avec la 1ère S du lycée Le Verger

Au début du mois de février, Jaques Dumora est intervenu devant une classe de Première scientifique du Lycée Le Verger de Sainte-Marie de La Réunion. C'était une première rencontre, pour faire connaissance, s'efforcer de partager une passion pour l'histoire des Réunionnais.
Depuis cette intervention réussie, le contact a été maintenu. L'équipe pédagogique du lycée est mobilisée ! Et l'association Centenaires commémoratifs pourra compter sur les jeunes du lycée pour l'aider à organiser des événements, prendre part activement au Centenaire. Bien d'autres rencontres pourront avoir lieu.

Photo Eric Lejoyeux

Voici sur le blog le texte d'un article du Journal de l'Île, écrit par Véronique Humel (journal du dimanche 9 février). Avec juste une petite coquille quant à la fonction de Jacques Dumora....

SAINTE-MARIE. Au lycée Le Verger, une classe de 1ère S a rencontré Jacques Dumora, président de l’association Centenaires commémoratifs. 100 ans après la guerre de 1914-1918, les élèves apprennent qu’un sergent de Sainte-Marie a commandé à Douaumont le régiment le plus décoré de France.

C’est l’un des noms les plus longs portés par un combattant français de la guerre de 1914-1918. Le sergent "De Pindray de Sainte-Croix d’Ambelle de Tusie", enfant de Sainte-Marie à La Réunion, commandait le régiment d’infanterie coloniale du Maroc et fait partie des braves qui ont repris le fort de Douaumont aux Allemands en octobre 1916. "Il commandait le régiment le plus décoré de France", commente fièrement Jacques Dumora, président de l’association Centenaires commémoratifs, face à une classe de 1ère S du lycée Le Verger (Sainte-Marie). Animateur socio-culturel et passionné par l’histoire de la première guerre mondiale, M. Dumora projette des diapositives de cartes de l’Europe de 1914 à 1918, et explique que 15.000 Réunionnais sont partis se battre, dont un peu moins de 1500 sont répertoriés "Morts pour la France". Un lycéen questionne : "Vous avez dit que la plupart des Réunionnais de l’époque étaient illettrés. Comment pouvaient-ils recevoir des lettres de leur famille dans les tranchées ?" L’intervenant rappelle le fonctionnement de la poste, l’existence d’écrivains publics à La Réunion et la fraternité des tranchées, où les soldats lisaient et écrivaient les lettres pour leurs camarades illettrés. Une élève est intriguée : "Vous avez dit que La Réunion est l’une des plus vieilles colonies françaises. Dans ce cas pourquoi n’est-elle jamais citée dans les documents ?" Jacques Dumora répond : La Réunion a toujours été marginalisée, contrairement à Madagascar, considérée comme le grenier de la République, ce qui lui garantissait un intérêt maximum.

Dans ce cours d’Histoire pas comme les autres, la Grande Guerre est vue d’une manière peu conventionnelle. La séance a commencé par les présentations : l’élève Damien Boyer a ainsi appris qu’il était l’homonyme d’un soldat sainte-marien mort un 9 décembre en Macédoine et enterré au cimetière de Bitola. "Et moi je suis né un 8 décembre" réagit Damien, étonné de cette coïncidence. Sans savoir s’il a un lien de parenté avec le défunt.
Avant l’intervention de Jacques Dumora, les lycéens ont eu une heure de cours plus classique avec leur professeur d’histoire-géographie Patrick Mougenet. En 1ère, on dépasse la simple mémorisation des dates et des lieux : "L’histoire de la Grande Guerre a beaucoup changé au lycée", explique M. Mougenet. "Il y a maintenant un regard plus anthropologique. On essaie de comprendre comment ces soldats ont pu tenir malgré la violence". Pourquoi faire intervenir le président de l’association Centenaires commémoratifs ? "Parce que c’est un passionné, et que moi aussi je suis passionné par l’histoire de la Grande Guerre", sourit M. Mougenet. Alors que l’année 2014 marquera le début d’une série de commémorations de la Grande Guerre, MM. Mougenet et Dumora ont anticipé. Ils sont en train d’organiser plusieurs évènements, avec notamment Marc Michel (spécialiste de l’Afrique dans la guerre) et Nicolas Hoffenstadt (enseignant à l’université de Paris I). En 2014, les élèves réunionnais ne pourront vraiment pas méconnaître l’époque de 14-18.

A retrouver sur Clicanoo.